1. Home
  2. La société
  3. L’histoire

L’histoire

Voir la galerie

DE BUBBA À ARBOS

1896

Les premiers pas

L’histoire de la famille Bubba commence dans un petit atelier de Santimento, dans la province de Plaisance, où démarre la production d’outils agricoles. C’est là qu’en 1896, Pietro Bubba donne naissance à sa première réalisation : une égreneuse. Avec l’aide de ses fils (Federico, Salvatore et Artemio), Pietro Bubba crée la même année ses premières batteuses.
The very beginning
The very beginning
1923

Le premier moteur à tête chaude Bubba

En 1923, Ulisse Bubba, fils de Federico, réalise les premiers tracteurs avec moteur à tête chaude, montés sur des véhicules de marque CASE : UTC 3, UTC 4 et UTC 5 (U pour « Ulisse », T pour « Tracteur » C pour « CASE »). En 1926, le tracteur UTB 3 (25/30 CV) est créé : il s’agit du premier tracteur entièrement de marque Bubba.
The first hothead Bubba engine
The first hothead Bubba engine
1929

UT5, plus puissante unité à tête chaude jamais réalisée

En 1929 sont réalisés les prototypes UT2 et UT3 (le deuxième est une version améliorée et allégée de l’UTB 3 de 25 CV) et le modèle UT5, plus puissant tracteur à tête chaude jamais réalisé, avec un moteur bicylindre dérivé de l’accouplement des deux cylindres horizontaux du modèle UT3.
UT5, the most powerful ever built hothead
UT5, the most powerful ever built hothead
1936

Le premier tracteur agricole

En 1936 est réalisé le premier tracteur à chenilles, le C35. Basé sur le modèle UT6, il est baptisé UT6C. Deux années plus tard, Bubba Corporation produit Ariete (37/45 CV), premier tracteur Bubba à ne pas avoir été conçu par Ulisse, mais par les ingénieurs Emmanueli et Giorgi.
The first track tractor
The first track tractor
1950

LO5, le dernier tracteur à tête chaude Bubba

En 1950, Bubba produit son dernier tracteur avec moteur à tête chaude, le modèle LO5 (45 CV). Cette même année est également conçu le tracteur à chenille LO6, qui n’a cependant jamais été produit.
LO5, the last hothead by Bubba
LO5, the last hothead by Bubba
1952

L’achat de l’atelier de fabrication de bicyclettes Arbos

En 1952, l’ingénieur Luigi Lodigiani achète l’atelier de fabrication de bicyclettes Arbos (acronyme d’Araldi et de Boselli, ses fondateurs) de San Lazzaro (près de Plaisance) et transfère les activités à Santimento. C’est là qu’Arbos commence la production de moissonneuses-batteuses, dont le premier prototype est équipé d’un moteur à refroidissement à air MT 52 Deutz. Suivent les modèles MT 100 A et 100 B, le deuxième étant adapté à la culture du riz.
Buying Arbos, bicycle factory
Buying Arbos, bicycle factory
1954

De Bubba à Arbos-Bubba

En 1954, l’entreprise Bubba devient Arbos-Bubba. En 1956 commence la production de la moissonneuse-batteuse 100 C (à roues et à chenilles) et de l’Allodola 650 avec moteur diesel Fiat, suivie de la 1000 Super et de la 750 Super.
Bubba to Arbos-Bubba
Bubba to Arbos-Bubba
1964

Le rachat d’Arbos par les Américains

En 1964, l’entreprise américaine White achète Arbos Spa. L’année suivante, le modèle 1220 est produit, nouvelle tête de proue européenne dans le secteur des moissonneuses-batteuses. En quelques années, la gamme s’élargit et accueille les modèles 1220, 780, Record, 120 Pantera, 165 Tigre, 100 Lince et 125 Giaguaro. En 1971 est créé le modèle Pantera 7 Colli à nivellement automatique, premier tracteur au monde équipé d’un système de nivellement sur les quatre côtés, dans le sens longitudinal et transversal.
Americans buy Arbos
Americans buy Arbos
1976

Nouveau Arbos

En 1976, Arbos Spa est achetée par les Frères Magni et devient Nuova Arbos. Le modèle 565 AL à nivellement automatique est présenté, et deux nouveaux modèles à nivellement automatique entrent en production : le 565 A 4L et le 705 A 4L.
The New Arbos
The New Arbos
1994

La fin d’une marque prestigieuse

En 1994, Arbos ferme définitivement ses portes, quatre ans à peine avant de fêter son centenaire.
The end of a prestigious brand
The end of a prestigious brand
2015

Une nouvelle ère

Arbos ouvre un nouveau chapitre de son histoire, avec un futur lié à l’ambitieux projet « One Belt, One Road » inspiré d’une Route de la Soie moderne reliant l’Orient et l’Occident, dont le parcours sera le théâtre d’un transfert de technologies, d’idées et de culture, dans le respect de la durabilité et de la protection de l’environnement.
new era arbos.jpg
new era arbos.jpg